pays d'Europe du sud-est
Eurasie > Europe > Balkans > Croatie

La Croatie est un pays des Balkans en Europe centrale et du sud qui s'étend de l'extrémité orientale des Alpes jusqu'aux bords du Danube et de la mer Adriatique. Frontalière avec la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, le Monténégro, la Slovénie et la Hongrie, elle est membre de l'Union européenne depuis 2013. Sa capitale est la charmante Zagreb, mais les villes côtières de Split et Dubrovnik sont plus populaires parmi les touristes internationaux. Il y a plusieurs climats en Croatie ; la partie nord-est du pays est de climat continental alors que le climat du littoral est de type méditerranéen, et que celui des parties centrale et sud-est montagneux

Croatie
​((hr) Hrvatska)
Drapeau
drapeau de la Croatie
Information
Capitale
Altitude maxi.
Altitude mini.
Superficie
Population
Densité
Gentilé
Mer
Forme de l'État
Langue(s) officielle(s)
Monnaie
Religion(s)
Électricité
Préfixe téléphonique
Suffixe Internet
Sens de circulation
Plaques d'immatriculation
Fuseau
Localisation
Site gouvernemental
Site touristique

Comprendre

modifier

Le climat de la Croatie est diversifié. La partie continentale a un climat continental généralement tempéré, mais avec des étés souvent très chauds (température moyenne : janvier -10°C à 5°C ; août 19°C à 39°C), tandis que les zones montagneuses à leur plus haute altitude ont un climat plus froid, de type alpin, et qui connaît le plus de précipitations. La partie côtière bénéficie d'un climat méditerranéen en moyenne plus chaud, mais aussi plus homogène tout au long de l'année, et normalement peu marqué par des chaleurs extrêmes prolongées (température moyenne : janvier 6°C à 11°C ; août 21°C à 39°C ). En effet, les changements de température sont modérés par la mer Adriatique. Pourtant, la région n’est pas à l’abri des vagues de chaleur qui peuvent provoquer des incendies de forêt ; ils sont gérés par les pompiers et causent rarement des dégâts importants aux communautés. En raison de la topographie locale, certaines zones balnéaires subissent un vent sec et frais descendant avec force des montagnes, appelé bura ; il peut être décrit comme désagréable (en cas d'exposition directe), mais il a un corollaire positif dans la mesure où il apporte un air de montagne de haute qualité. La Dalmatie en particulier bénéficie d'un ensoleillement annuel exceptionnellement élevé, en particulier sur les îles, avec 2 700 heures d'ensoleillement par an enregistrées.

Terrain

modifier

La géographie de la Croatie est diversifiée avec des plaines agricoles plates le long de la frontière hongroise (zone d'Europe centrale), des montagnes basses et des hauts plateaux près de la côte Adriatique et des îles. Il y a 1 246 îles ; les plus grandes sont Krk et Cres . Le point culminant est le Dinara à 1 830 m.

Histoire

modifier

Dans l’Antiquité, l’actuelle Croatie faisait partie des régions d’Illyrie et de Dalmatie. Cette région passa sous contrôle romain et devint une province connue sous le nom d'Illyrie à partir de 27 av. Au Ve siècle, Rome était en déclin et les Ostrogoths saisirent l'occasion de gouverner la région pendant une courte période. Les Avars sont arrivés peu de temps après, incorporant la terre au Avar Khaganate.

Au début du VIIe siècle, les Croates vinrent vaincre les Avars et formèrent deux duchés : la Croatie et la Pannonie. L'établissement de la dynastie Trpimirović vers 850 renforça le duché croate de Dalmatie, qui, avec la principauté pannonienne, devint un royaume en 925 sous le roi Tomislav. Le royaume croate indépendant dura jusqu'en 1102, date à laquelle la Croatie, après une série de luttes dynastiques, entra dans une union personnelle avec la Hongrie, avec un roi hongrois régnant sur les deux pays. En 1526, après la bataille de Mohács, au cours de laquelle la Hongrie subit une défaite catastrophique contre les Turcs ottomans, la Croatie rompit ses relations avec la Hongrie et son parlement (Sabor) vota la formation d'une nouvelle union personnelle avec la monarchie des Habsbourg. La Croatie est restée un royaume autonome au sein de l'État des Habsbourg (et plus tard de l'Autriche-Hongrie ) jusqu'à la dissolution de l'empire après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale.

En 1918, un éphémère État de Slovènes, Croates et Serbes (découpé dans les parties slaves du sud de l'Autriche-Hongrie) rejoignit le Royaume de Serbie pour former le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, rebaptisé plus tard Yougoslavie en 1929. Le nouveau L'État était de caractère unitariste, effaçant toutes les frontières historiques au sein de sa nouvelle division territoriale, ce qui a abouti à un fort mouvement pour plus d'autonomie pour la Croatie. Cet objectif fut atteint en 1939, quelques jours seulement avant le début de la Seconde Guerre mondiale, lorsque la Croatie obtint une large autonomie au sein de la Yougoslavie sous le nom de Banovina de Croatie. Lorsque les puissances de l’Axe, l’Allemagne et l’Italie, envahirent la Yougoslavie en 1941, l’État fut dissous, certaines parties annexées à l’Allemagne et à l’Italie, et des gouvernements fantoches installés en Croatie et en Serbie. Après la scission de 1941 entre partisans et chetniks en Serbie, les groupes chetniks du centre, de l'est et du nord-ouest de la Bosnie se sont retrouvés pris entre les forces allemandes et oustachés (NDH) d'un côté et les partisans de l'autre. Presque immédiatement, un fort mouvement de résistance s'est formé, dirigé par le leader communiste Josip Broz « Tito » (dont le père était croate), qui a obtenu un large soutien populaire. L'État fantoche nazi dirigé par les Oustachis, l'État indépendant de Croatie – qui comprenait la majeure partie de la Croatie actuelle, toute la Bosnie-Herzégovine et une petite partie de la Serbie – comptait environ six millions d'habitants, dont environ 3,5 millions de Croates, 1,8 millions d'habitants. millions de Serbes et 700 000 Bosniaques. Sur le modèle des lois nazies de Nuremberg, la NDH a adopté en avril 1941 une législation contre les Juifs « non aryens » et les Roms. Après la création du camp de concentration de Jasenovac en 1941, uniquement par le régime oustaché au pouvoir plutôt que par l'Allemagne nazie comme dans le reste de l'Europe occupée, dans sa vision d'un État ethniquement pur – avec les Bosniaques considérés comme des Croates de foi musulmane – la NDH a commencé visant les Serbes et deux minorités, les Juifs et les Roms, et d'autres ont été tués parce qu'ils étaient antifascistes, ainsi que des ennemis politiques réels ou présumés. Dans les années 2000, le site commémoratif de Jasenovac a commencé à travailler sur une liste de tous les détenus tués ou décédés dans le camp, en utilisant des listes nom par nom existantes, des documents, des confirmations de décès et des vérifications par des proches. Le site Memorial a dressé à ce jour la liste nom par nom la plus complète, qui comprend un total de 83 145 victimes. Triée par appartenance ethnique, la liste compte 47 627 Serbes, 16 173 Roms et 13 116 Juifs, tandis que les Croates, les Bosniaques et d'autres constituent le nombre total. Même si le Mémorial affirme lui-même que ce chiffre n'est pas définitif et admet la possibilité qu'il y ait des erreurs isolées dans sa liste, il estime que le nombre total de morts se situe dans son estimation entre 80 000 et 100 000 personnes.

Au début de 1945, l'armée de la NDH se retira vers Zagreb avec les troupes allemandes et cosaques. Ils furent maîtrisés et l'avancée des forces partisanes de Tito, rejointes par l'Armée rouge soviétique, provoqua une retraite massive des Oustachis vers l'Autriche. Cependant, l'armée britannique leur refusa l'entrée et les livra aux forces partisanes, déclenchant les rapatriements de Bleiburg. Bien que la NDH (1941-1945) fasse partie de l'histoire de la Croatie, la Constitution actuelle de la Croatie ne reconnaît pas officiellement l'État indépendant de Croatie comme l'État prédécesseur historique ou légitime de l'actuelle république croate.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Constitution de 1946 a fait de la République populaire de Croatie et de la République populaire de Bosnie-Herzégovine deux des six républiques constitutives de la nouvelle République fédérative socialiste de Yougoslavie. La Yougoslavie communiste a été créée avec Tito devenant « président à vie ». Tito a gouverné d'une main ferme, utilisant la répression politique et la police secrète pour apaiser tout sentiment séparatiste, la devise officielle du nouveau pays étant « Fraternité et Union ». Pourtant, la Yougoslavie n'appartenait pas au Pacte de Varsovie et a rompu ses liens politiques avec l'URSS en 1948. C'était de loin le pays socialiste le plus ouvert d'Europe, et ses citoyens bénéficiaient de plus de libertés civiles et d'un niveau de vie plus élevé que les autres. du bloc communiste.

Après la mort de Tito en 1980, l'affaiblissement de la répression politique a conduit à une période d'instabilité politique. Face à la montée du sentiment nationaliste et à la chute du communisme en Europe de l'Est en 1989 et 1990, les premières élections libres ont eu lieu en Yougoslavie depuis près de 45 ans. En janvier 1990, le Parti communiste s'est fragmenté selon des clivages nationaux, les délégations croate et slovène exigeant une fédération plus souple, tandis que la partie serbe, dirigée par Slobodan Milošević, s'y est opposée, ce qui a conduit à une montée des tensions interethniques. Fin avril et début mai 1990, les premières élections multipartites ont eu lieu en Croatie, avec la victoire de Franjo Tuđman et les changements constitutionnels de 1990 transformant la République socialiste de Croatie en République de Croatie. Les nationalistes serbes de Croatie ont boycotté le Sabor croate et pris le contrôle des territoires habités par les Serbes, établissant des barrages routiers et votant pour que ces zones deviennent autonomes. Les « oblasts autonomes » serbes seraient bientôt de plus en plus déterminés à obtenir leur indépendance de la Croatie. Cela a conduit à une guerre ouverte en Croatie, puis en Bosnie-Herzégovine, et au milieu de l’année 1991, la guerre d’indépendance croate avait déjà commencé.

La Croatie a été reconnue pour la première fois comme État indépendant le 26 juin 1991 par la Slovénie, qui a déclaré sa propre indépendance le même jour que la Croatie. Mais le 29 juin, les autorités croates et slovènes ont convenu d'un moratoire de trois mois sur la déclaration d'indépendance, dans le but d'apaiser les tensions. Le 8 octobre 1991, le Parlement croate a rompu tous les liens restants en déclarant son indépendance de la Yougoslavie. Les zones de Croatie contrôlées par les Serbes faisaient partie des trois « oblasts autonomes serbes » connus plus tard sous le nom de République serbe de Krajina, dont la majeure partie ne serait sous contrôle croate qu'en 1995. Finalement, l'indépendance de la Croatie a été reconnue internationalement en janvier 1992, lorsque la Communauté économique européenne et les Nations Unies ont accordé la reconnaissance diplomatique à la Croatie, et le pays a été accepté aux Nations Unies peu de temps après. La guerre s'est terminée quatre ans plus tard, en 1995, avec une victoire croate décisive dans l'opération Tempête. Les frontières actuelles de la Croatie ont été établies lorsque les zones restantes de Slavonie orientale sous contrôle serbe ont été restituées à la Croatie conformément à l'accord d'Erdut de novembre 1995, le processus étant conclu en janvier 1998. L'anniversaire de l'opération Tempête est célébré comme le jour de Thanksgiving en Croatie. chaque 5 août.

Après une période de croissance économique accélérée à la fin des années 1990 et dans les années 2000, la Croatie a rejoint l’OTAN en 2009 et l’Union européenne en 2013. La Croatie est aujourd’hui une démocratie libérale qui fonctionne, dotée d’un système de libre marché et d’un État-providence solide.

Vacances

modifier
  • 1er janvier : Jour de l'An
  • 6 janvier : Epiphanie
  • Pâques (selon le calendrier grégorien)
  • Corpus Christi (60 jours après Pâques)
  • 1er mai : Journée internationale des travailleurs
  • 22 juin : Journée de lutte antifasciste
  • 25 juin : Journée de l'État
  • 5 août : Jour de la Victoire et de Thanksgiving de la Patrie et Journée des défenseurs croates
  • 15 août : Assomption de Marie
  • 8 octobre : Fête de l'Indépendance
  • 25 décembre : Noël

Informations visiteursmodifier

modifier
  • Explorez la Croatie

Régions

modifier

Les régions privilégiées par les touristes sont celles de bord de mer. La Dalmatie est la région la plus touristique, suivie de l'Istrie qui profite de la proximité avec l'Italie, la Slovénie. L'essentiel des touristes se concentrent donc dans les principales villes Dubrovnik, Split, Zadar, Trogir, Sibenik et Makarska sur la côte dalmate ou entre Pula, Porec et Rovinj en Istrie. Le golfe du Kvarner situé entre Istrie et Dalmatie est moins fréquenté, malgré des îles très attractives comme Krk.

 
Régions touristique de Croatie.
Istrie (Istra)
Kvarner
Dalmatie (Dalmacija)
Slavonie (Slavonija)
Croatie centrale (Središnja Hrvatska)

Istrie (Istra) — L'Istrie a le gros avantage d'être le plus proche de l'Europe occidentale, l'Italie et Venise qui n'est qu'à une cinquantaine de kilomètres de la frontière.

 
Amphithéatre romain de Pula

Kvarner — Situé à l'intérieur des terres, au Sud de la Croatie, le Parc National de Krka (prononcer "Keurka") révèle tout le charme naturel du pays. Ce magnifique Parc National de 109 km2 englobe une partie de la rivière Krka, le lac Visovačko jezero ainsi qu'une multitude de cascades, dont les Chutes de Skradin qui se déversent dans un cadre de toute beauté ! Le Parc National permet de se balader en toute quiétude au cœur de la flore et de la faune environnantes. Le site de "Krka" est très comparable à celui des lacs de Plitvice qui sont aussi présent dans cette partie du pays et de nombreuses excursions à la journée en car sont proposées depuis les points de chute de bord de mer. Les îles de Krk et de Cres. Après avoir passé la zone du Parc National et les cascades, la rivière Krka poursuit son chemin en traversant le charmant village et port de Skradin, puis, après 20 km, arrive à son l'embouchure à proximité de Šibenik.

 
Lacs de Plitvice

Dalmatie (Dalmacija) — Des paysages de carte postale, les grosses îles et les destinations les plus connues (et les mieux desservies par avion) sont ici : Split, Dubrovnik, Trogir et les hauts lieux touristiques tel que Hvar ou Zadar...

 
Vieille ville de Dubrovnik

Slavonie (Slavonija) — La Slavonie comme la Croatie centrale sont moins fréquenté que les régions côtières.

 
La rivière Sava près de Slavonski Brod

Croatie centrale (Središnja Hrvatska) — La Croatie centrale comme la Slavonie sont moins fréquenté que les régions côtières. Il y a bien sûr, Zagreb la capitale mais aussi de très beaux paysages vallonnées avec des champs (de la vigne), de profondes forêts et des zones humides (notamment le parc naturel de Lonjsko Polje. C'est ici aussi que l'on remonte le temps pour découvrir des sites préhistoriques ou plus récents, des châteaux forts, témoins des conflits des siècles passés pour la domination de la région entre austro-hongrois et peuples ottomans.

 
pavillon des arts à Zagreb
  • 1 Zagreb       – La capitale mérite 2 jours de visite.
  • 2 Dubrovnik      
  • 3 Osijek       – Capitale de la Slavonie.
  • 4 Pula       – Plus grande ville d'Istrie.
  • 5 Rijeka      
  • 6 Split       – où l'on trouve le palais de Dioclétien.
  • 7 Varaždin       – ancienne capitale baroque de Croatie.
  • 8 Vukovar      
  • 9 Zadar      

Autres destinations

modifier

Les îles

modifier

Les parcs nationaux

modifier

Formalités

modifier
  Voir aussi : Voyager dans l'espace Schengen
 
  •      États membres de l'espace Schengen
  •      Autres membres de l'UE en dehors de l'espace Schengen, mais lié par la même politique de visas et territoires spéciaux des états membres de l'UE et de l'espace Schengen
  •      Les membres de l'Union européenne avec une politique de visas indépendante
  •      Accès sans visa aux états Schengen pendant 90 jours dans une période de 180 jours, bien que certains ressortissants annexe II peuvent bénéficier d'un accès plus long sans visa dans certaines circonstances (CE 539/2001 annexe II)
  •      Visa requis pour entrer dans l'espace Schengen (CE 539/2001 annexe I)
  •      Visa requis pour le transit par les états Schengen (CE 810/2009 annexe IV)
  •      Statut inconnu

La Croatie est membre de l' accord de Schengen . Voir Voyager dans l'espace Schengen pour plus d'informations sur le fonctionnement du programme, les pays membres et les conditions requises pour votre nationalité. En résumé:

  • Il n’y a normalement aucun contrôle de l’immigration entre les pays qui ont signé et mis en œuvre le traité.
  • Il y a généralement des contrôles d'identité avant d'embarquer sur des vols internationaux ou des bateaux entrant dans l'espace Schengen. Il existe parfois des contrôles temporaires aux frontières terrestres.
  • Un visa accordé à tout membre de Schengen est valable dans tous les autres pays ayant signé et mis en œuvre le traité.

Toute personne non couverte par une exemption de visa devra demander un visa à l’avance auprès d’une ambassade ou d’un consulat croate. Les frais de demande pour un visa croate de court séjour sont de 35 € . Cependant, il peut être possible pour les titulaires d'un visa Schengen à entrées multiples d'utiliser leur visa Schengen pour entrer en Croatie à condition qu'il reste valable pendant leur séjour.

De plus amples informations sur les exemptions de visa et la procédure de demande de visa sont disponibles sur le site Web du ministère croate des Affaires étrangères et européennes [1]

En autocar

modifier

La compagnie Eurolines dessert la Croatie.

Un réseau d'autocars très complet relie toutes les régions du pays. Le service de bus entre les grandes villes (lignes interurbaines) est assez fréquent, tout comme les services régionaux. La gare routière la plus fréquente en Croatie est la gare routière de Zagreb (en croate « Autobusni kolodvor Zagreb »). Les bus sont plus rapides que les trains pour les déplacements interurbains. Voir Voyages en bus dans l'ex-Yougoslavie pour plus d'informations.

  • Autobusni kolodvor Zagreb – Gare routière de Zagreb (informations sur les horaires, contenu en croate et en anglais)
  • CroatiaBus – compagnie de bus (informations sur les horaires, les prix, le contenu en croate et en anglais)
  • Arriva Croatia – compagnie de bus (informations sur les horaires, prix, contenu en croate, anglais, allemand et italien)
  • Autobusni promet Varaždin – compagnie de bus (informations sur les horaires, les prix, le contenu en croate, anglais et allemand)
  • Libertas Dubrovnik – gare routière et entreprise (informations internationales et nationales ; contenu principalement en croate)

En avion

modifier

La Croatie possède des aéroports internationaux dans (par ordre décroissant d'importance) :

  • Zagreb ( ZAG  ​​IATA ), en tant que capitale, est la plaque tournante de Croatia Airlines , avec des vols conventionnels vers les autres grandes villes d'Europe, ainsi qu'Istanbul, Tel Aviv, Dubaï et Doha.
  • Dubrovnik ( DBV  IATA ) dessert en grande partie le tourisme, avec de nombreux vols saisonniers à travers l'Europe. Ils sont plutôt calmes en hiver après le départ du vol quotidien vers Zagreb.
  • Split ( SPU  IATA ), Zadar ( ZAD  IATA ), Pula ( PUY  IATA ), Rijeka ( RJK  IATA ) et Osijek ( OSI  IATA ). Voir également les pages des villes individuelles "Entrez".

Les aéroports des pays voisins sont parfois une meilleure option. Il s'agit notamment de Ljubljana , Graz , Trieste et Venise Marco Polo.

A l’inverse, Dubrovnik est parfois utilisée comme aéroport pour le Monténégro.

Les trajets aériens entre la France et la Croatie, assurés par très peu de compagnies, sont malheureusement hors de prix, notamment les vols vers la Dalmatie (Split, Dubrovnik) durant la période estivale. Il y a des liaisons via des compagnies lowcost, notamment vers Dubrovnik, surtout en période estivale.

En bateau

modifier

De nombreux bateaux prenant les voitures assurent quotidiennement la liaison entre l'Italie et la Dalmatie durant l'été. La liaison la plus fréquente relie Split à Ancône, mais de nombreuses autres lignes existent.

La Croatie est dotée d'un magnifique littoral qu'il est préférable d'explorer en ferry ou en yacht pour accéder aux centaines d'îles.

Dans de nombreux cas, les îles ne sont accessibles que par la mer. Pour plus d'informations sur les liaisons régulières en ferry et en catamaran, consultez ces sites :

  • Jadrolinija – la compagnie nationale de ferry. En plus des liaisons reliant les grandes villes aux îles, elle exploite un ferry le long de la côte Adriatique, de Rijeka à Dubrovnik (puis à Bari, en Italie), faisant escale à Split, Hvar, Mljet et Korčula. Vérifiez les horaires [2] car les horaires sont saisonniers. Les bateaux sont grands et disposent de couchages car le trajet Rijeka-Split se déroule pendant la nuit.
  • SNAV – une entreprise italienne reliant Split à Ancône et Pescara. Vérifiez les horaires car les horaires sont saisonniers.
  • Split Taxi Boat – transferts en bateau-taxi rapide depuis la ville ou l’aéroport de Split vers les îles voisines.
  • Lignes Azzura – un opérateur italien reliant Dubrovnik à Bari ; vérifiez les horaires car les horaires sont saisonniers.

En dehors des mois d'été, il est souvent difficile, voire impossible, de faire une excursion d'une journée vers les îles les plus reculées : les horaires des ferries sont adaptés aux navetteurs qui vivent sur les îles et se rendent sur le continent, et non l'inverse.

Pour une expérience plus personnalisée, il existe littéralement des dizaines de sociétés de location de yachts et autres sociétés de location de bateaux dans pratiquement tous les ports importants de la côte Adriatique. Pour la location sans équipage, vous avez généralement besoin d'une certification d'une organisation réputée, telle que American Sailing ou la RYA, ou d'un curriculum vitae détaillé.

En train

modifier

Les voyages en train s'améliorent définitivement en Croatie, grâce aux investissements consacrés à la modernisation des infrastructures et des véhicules vieillissants. Les trains sont propres et pour la plupart à l'heure.

Le réseau ferroviaire croate relie toutes les grandes villes croates, à l'exception de Dubrovnik . Si vous souhaitez visiter Dubrovnik, vous devrez prendre le train jusqu'à Split , puis prendre le bus pour Dubrovnik. Les trains à destination de Pula sont en fait reliés via la Slovénie en raison d'un accident historique, bien qu'il existe des bus de correspondance désignés depuis Rijeka .

Le rail reste la liaison la moins chère entre l’intérieur des terres et la côte, même s’il n’est pas la plus fréquente. Les « trains pendulaires » à 160 km/h qui relient Zagreb à Split et à d'autres grandes villes de Croatie telles que Rijeka et Osijek offrent plus de confort et des trajets rapides entre les villes (Zagreb-Split dure 5,5 heures, Osijek 3 heures, quand d'autres trains font le tour). 4h30). Si vous réservez suffisamment tôt, vous pourrez bénéficier d'une réduction substantielle ou si vous êtes titulaire d'une carte ISIC.

Des informations sur les trains, y compris les horaires et les prix, sont disponibles sur le site Hrvatske željeznice ( Chemins de fer croates ) en croate et en anglais.

Les billets ne sont généralement pas vendus à bord, sauf si vous montez à bord du train dans l'une des rares gares/arrêts sans vente de billets. Cependant, seuls les trains locaux s'arrêtent dans ces gares. Dans tous les autres cas, un billet acheté dans le train coûtera beaucoup plus cher que celui acheté à l'extérieur du train.

Vous devez savoir que la désignation de la plateforme est différente selon les pays. La plate-forme (peron) est ensuite subdivisée en deux côtés (kol).

En voiture

modifier

Pour entrer en Croatie, un permis de conduire, une carte d'immatriculation automobile et des documents d'assurance automobile sont requis. Si vous avez besoin d’assistance routière, vous devez composer le 1987. Les vitesses suivantes sont autorisées :

  • 50 km/h – en agglomération
  • 90 km/h – hors agglomération
  • 110 km/h – sur les grands axes routiers
  • 130 km/h – sur autoroute
  • 80 km/h – pour les véhicules à moteur équipés d'une caravane
  • 80 km/h – pour les bus et les bus avec remorque légère

Lorsque vous conduisez sous la pluie, vous devez adapter votre vitesse aux conditions sur route mouillée. Conduire avec les phares n'est pas obligatoire pendant la journée (pendant l'heure d'été ; c'est obligatoire pendant les mois d'hiver). L'utilisation de téléphones portables en conduisant n'est pas autorisée. La quantité maximale autorisée d'alcool dans le sang est de 0,05 % (correspondant à la Slovénie et à la Bosnie-Herzégovine voisines), bien que ce chiffre ait varié et soit tombé à 0 % jusqu'à ce qu'il soit jugé intenable dans le pays. Le port des ceintures de sécurité est obligatoire.

Hrvatski Auto Klub est l'automobile club croate dédié à l'assistance aux conducteurs et à la promotion d'une plus grande sécurité routière. Son site propose des mises à jour minute par minute, l'état du trafic national, la météo, de nombreuses cartes et webcams dans toute la Croatie. Le contenu est disponible en croate, anglais, allemand et italien.

  • Depuis la France: Comptez une bonne journée de route en partant de Lyon avant de franchir la frontière croate. Possibilité de camping en Italie à Vérone ou bien au Lac de Garde, par exemple. Venant du nord, une autre route consiste à passer par l'Allemagne, l'Autriche et la Slovénie via successivement Munich, Salzbourg, Villach et Ljubljana. En Autriche et en Slovénie, plusieurs longs tunnels le long des autoroutes vous feront passer sous les Alpes. Attention : en traversant la Slovénie vous devrez acheter une vignette si vous prenez l’autoroute.
  • Depuis la Belgique: en partant de Bruxelles, il faut compter une bonne quinzaine d'heures pour arriver à la frontière croate de Maribor/Ptuj. Itinéraire: Bruxelles-Cologne-Francfort-Nuremberg-Passau-Linz-Graz-Slovénie-Croatie. Péages et taxes: rien en Allemagne, vignette en Autriche et péages dans les tunnels alpins, péages en Slovénie (pas chers) et Croatie (plus chers).

Circuler

modifier

En avion

modifier

Il y a des aéroports à Zagreb, Zadar, Split, Osijek, Pula et Dubrovnik. Les lignes intérieures ne sont pas très chères si réservées longtemps a l'avance. Le trajet Zagreb - Dubrovnik peut-être intéressant à faire en avion car il est très long par la route en été. Il existe une liaison Pula-Zadar a peu de frais avec la compagnie Croatia Airlines.

Le réseau de bus est assez pratique, il y a des bus fréquemment entre les villes principales.

En train

modifier

Le réseau de train n'est ni très pratique, ni rapide, ni confortable. Les trains de nuit entre Zagreb et Split ne sont pas toujours munis de couchettes. Cependant, il est possible de former une couchette à partir de deux sièges face à face. En provenance de la Slovénie, il est possible de prendre le train a Rijeka pour se rendre à Pula.

En voiture

modifier
 
Limitations de vitesse générales.

Les autoroutes de Croatie sont payantes, et souvent assez chères, mais peu fréquentées. Elles sont récentes pour certaines, donc en excellent état, mais certains tronçons sont encore manquants ou seulement à deux ou trois voies (Autoroute Zagreb/Belgrade, tunnels entre Zagreb et Zadar, Autoroute d'Istrie). Par temps de pluie, se méfier des vieux revêtements qui se transforment en une véritable patinoire.

La circulation est plus difficile sur la côte, tout particulièrement entre Split et Dubrovnik au niveau d'Omiš.

Toutefois, tout comme en France, pendant les périodes de vacances, il peut y avoir d'importants bouchons sur l'autoroute de Zadar jusqu'en Italie en passant par Zagreb et Rijeka. Il est donc conseillé de se renseigner afin d'éviter les jours de grand départs.

Le trajet Dubrovnik - Zagreb est donc assez long par la route en été (nationale côtière sinueuse jusqu'à Split, puis autoroute embouteillée). On pourra choisir de remonter par la Bosnie-Herzégovine. C'est l'occasion de visiter Mostar, et éventuellement Sarajevo, puis de remonter vers le nord en empruntant une vallée plutôt charmante. (Note: Pour les Français, la carte d’identité est suffisante pour entrer en Bosnie. Se renseigner à l'ambassade de Bosnie dans son pays.) Attention lors des dépassements sur les routes à ne pas se retrouver nez à nez avec un véhicule sur la même voie que celle où on circule, les Croates ont parfois tendance à monopoliser la largeur de la route surtout lorsque celle-ci est peu fréquentée.

Limitations de vitesse :

  • Autoroute : 130 km/h
  • Voie Rapide : 110 km/h
  • Route : 90 km/h
  • Ville : 50 km/h

Après quatre année de tolérance zéro (0 g/l), l'alcoolémie autorisé au volant est passée en juin 2008 à 0,5 g/l

En bateau

modifier

À noter des liaisons régulières entre les principaux ports qui permettent de ne pas effectuer le voyage du retour en voiture ou en bus, tout en profitant de la beauté des îles. Exemple Dubrovnik - Rijeka: 23 h de voyage.

En auto-stop

modifier

Peu recommandé, vous risquez d'attendre plusieurs heures sur le bord de la route. Ce n'est pas dans la culture du pays. Le peu de personnes qui s’arrêteront vous demanderont de l'argent. Préférez le bus, le taxi ou la location d'une voiture.

Beaucoup de Croates parlent allemand, voire italien (plus courant en Istrie, où une partie de la population est d'origine italophone). Mais en général, c'est l'anglais qui est la langue de contact et les jeunes Croates parlent aujourd'hui très souvent un très bon anglais. La plupart des gens travaillant dans l'industrie du tourisme parlent naturellement assez bien l'anglais, voire d'autres langues comme l'italien, l'allemand, voire le français ou le slovène. N'espérez pas des personnes âgées qu'elles parlent anglais. On trouve un certain nombre de personnes (commerçants, appartement chez l'habitant ou offices de tourisme) qui connaissent quelques mots de français, mais c'est somme toute assez rare.

Le croate n'est pas une langue simple à apprendre, mais les gens aiment quand les voyageurs étrangers l'utilisent pour des expressions simples telles que les remerciements et formules de politesse, les chiffres. Il est assez facile d'apprendre par cœur à se présenter au camping ("10 personnes, 5 tentes, 3 voitures"), à commander au bar, etc... et bien sûr les Croates ne vous reprocheront pas vos erreurs de déclinaisons. C'est un excellent moyen d'établir des contacts, même superficiels, et d'engager des conversations (qui se poursuivront peut-être en anglais). Certains guides fournissent des lexiques lacunaires; les personnes qui veulent aller un peu plus loin pourront se munir d'un dictionnaire, idéalement avant le départ, car en Croatie on trouve surtout des dictionnaires Anglais-Croate. Il existe de nombreuses variantes régionales du croate, notamment en Dalmatie dont le parler local a emprunté un certain nombre de mots à l'italien et au vénète.

Acheter

modifier

Depuis le , la monnaie officielle est l'euro. Celle-ci a remplacé le Kuna.

La Croatie utilise l’euro. C'est l'un des nombreux pays européens qui utilisent cette monnaie commune. Les billets et les pièces en euros ont cours légal dans tout le pays.

Pays qui ont l'euro comme monnaie officielle :

Ces pays sont appelées collectivement la « zone euro ».

Un euro est divisé en 100 eurocents ou centimes d'euro en abrégé cents ou centimes.

Le symbole officiel de l'euro est €, et son code ISO est EUR. Il n'y a aucun symbole officiel pour les eurocents.

 
Billets en Euro
Billets
Les billets en euros sont les mêmes dans tous les pays.
Pièces ordinaires
Tous les pays de la zone euro ont émis des pièces avec une face nationale distinctive d'un côté, et une face standard commune de l'autre côté. Les pièces peuvent être utilisées dans tous les pays, quel que soit le pays d'origine de la pièce utilisée, par exemple une pièce d'un euro de Finlande peut être utilisée au Portugal.
Pièces commémoratives de deux euros
Elles ne diffèrent des pièces normales de deux euros que sur leur face « nationale » et circulent librement comme monnaie légale. Chaque pays peut en produire une certaine quantité dans le cadre de leur production de pièces normales. Il existe aussi des pièces commémoratives de deux euros « à l'échelle européenne ». Elles sont produites pour commémorer des événements spéciaux, par exemple l'anniversaire de traités importants.
Retrait d'argent
Les retraits d'argent aux distributeurs de billets sont facturés au même prix qu'un retrait d'argent dans le pays d'origine pour les détenteurs d'une carte de banque d'un compte d'un pays de la zone euro. Les transferts d'argent entre deux comptes sont aussi considérés par les banques comme un transfert entre deux comptes d'un même pays.


Taux de change EUR actuel
XE.com: CAD CHF GBP USD
OANDA.com: CAD CHF GBP USD
fxtop.com: CAD CHF GBP USD

Les prix sont souvent un peu moins chers que dans le reste de l'Union européenne, mais il ne faut pas s'attendre à ne rien débourser. Un restaurant bon marché, même dans les zones touristiques, vous proposera des plats de spaghettis ou des pizzas entre 35 et 50 Kn. Le service est compris. Il faut penser à ajouter aux prix des plats, le prix des boissons (environ 20 Kn pour une bouteille d'un litre d'eau minérale presque obligatoire, il faut beaucoup insister pour se faire servir de l'eau du robinet).

La nourriture est souvent simple et les cartes assez peu fournies (risottos, goulachs, pizzas, boulettes de viande, jambon), mais les produits utilisés sont très frais et sont véritablement cuisinés et non réchauffés - pour cette raison, on attend souvent longtemps dans les restaurants. On trouve aussi du ajvar, des cevapcici ou des pleskavica, surtout dans l'intérieur du pays.

On ne sert généralement à manger que dans les restaurants, les cafés se contentant de servir de débits de boisson, glaciers et parfois salons de thé. Dans la restauration, le service est souvent assez déroutant pour des non-croates : lenteur, désorganisation, détachement extrême des serveurs - très mal rémunérés - qui refusent parfois de servir un client qu'ils trouvent assis trop loin et qui peuvent même oublier d'apporter l'addition ! Il s'agit d'un héritage de la période communiste.

Dans les magasins d'alimentation, on trouve un nombre assez réduit de produits, et presque aucun produits issus de l'agriculture biologique. Certains produits locaux, comme les figues, sont aussi difficiles à trouver en magasins, les gens en ont chez eux et ils ne pensent pas à en vendre.

Boire un verre / Sortir

modifier

Il faut compter entre 1,3  et pour une boisson à la terrasse d'un café. En été, étant donné la chaleur, il peut être sympathique d'acheter dans un petit supermarché des litres de jus de fruits.

La bière est en général conditionnée en bouteille ou servie dans des verrres de 50 cl. Pour commander 25 cl, demander une "malo pivo" (petite bière, par opposition à "veliko pivo"). Les bières les plus répandues sont la Karlovačko, brassée à Karlovac, la Ožujsko, brassée à Zagreb, et la Zlatorog, de la brasserie slovène Laško.

En général, les bouteilles sont consignées.

Le taux maximal d'alcool dans le sang autorisé pour conduire est de 0 g/l.

Les vins ordinaires croates, blanc comme rouge, sont assez médiocres. En revanche, une nouvelle viticulture est en train d'apparaître dans toutes les régions du pays, fournissant des produits de grande qualité presque exclusivement destinés à l'exportation.

Se loger

modifier

L'hébergement en Croatie est de plus en plus orienté vers des hôtels quatre et cinq étoiles bien meublés et autoproclamés. Les prix sont les plus élevés pendant les mois les plus chauds de juin à septembre, notamment juillet et août. De nombreux hôtels côtiers sont fermés en hiver, mais il existe au moins un lieu d'hébergement ouvert hors saison dans toutes les grandes villes.

Les chambres et appartements privés sont assez courants et ciblent le marché du tourisme de masse alors que les visites dans le pays ont augmenté dans les années 2010. Les appartements ont tendance à être autonomes, avec une cuisine, une salle de bain, un petit salon et souvent une terrasse extérieure.

Les B&B n'ont pas vraiment décollé en Croatie en raison des règles bureaucratiques en vigueur. À la campagne, les familles d'accueil rurales sont devenues plus visibles, notamment dans les régions de l'intérieur. Ces familles d'accueil sont légèrement plus chères que les chambres et appartements privés, mais comprennent le petit-déjeuner et les repas faits maison.

De nombreux habitants louent une chambre ou un appartement ("sobe" et "pansion"). Il est fréquent de voir les habitants eux-même vous attendre à la gare routière ou au port, avec leur album photo du logement qu'ils louent. Il convient néanmoins de se méfier et pour plus de sécurité de préférer un logement recensé par l'Office de Tourisme local.

Apprendre

modifier

Les citoyens de l'Union européenne ont le même statut que les citoyens croates lorsqu'ils postulent dans les universités croates. Des cours complets d'anglais en informatique et en médecine sont disponibles à Zagreb et à Split.

Travailler

modifier

Faire du bénévoler

modifier

La Croatie est la destination de nombreuses organisations bénévoles du monde entier qui envoient des groupes de volontaires tout au long de l'année pour aider à l'agriculture, au développement communautaire, à l'éducation, au bien-être animal, etc. Ces programmes sont mis en place par des organisations à but non lucratif, des groupes communautaires et des bénévoles pour aider les habitants à améliorer leur économie et leur mode de vie. Avec une histoire culturelle riche et un littoral magnifique, la Croatie est véritablement le joyau de l’Europe de l’Est. Si vous souhaitez voyager en Croatie en tant que volontaire, visitez ces sites Web pour connaître les programmes de volontariat, l'hébergement, les dates de voyage et les visites.

  • ISV Croatie
  • Centre des bénévoles de Zagreb

Communiquer

modifier

Téléphone

modifier

La Croatie utilise le système GSM 900/1800 pour les téléphones mobiles. Il existe trois fournisseurs, Hrvatski Telekom (anciennement T-Mobile ; exploite également la marque prépayée Bonbon), A1 (anciennement Vipnet ; exploite également la marque prépayée Tomato) et Telemach. Plus de 98 % de la superficie du pays est couverte. Depuis 2006, l'UMTS (3G) est également disponible, et depuis 2013 également HSDPA et LTE. La 5G est également disponible depuis 2022 avec A1, Telemach et Hrvatski Telekom déployant des réseaux 5G dans le pays. Si vous possédez un téléphone déverrouillé, vous pouvez acheter une carte SIM prépayée. Il y a eu des promotions au cours desquelles des cartes SIM étaient distribuées gratuitement avec les journaux, et parfois même littéralement distribuées dans la rue. Les téléphones GSM associés aux cartes SIM prépayées Hrvatski Telekom ou A1 peuvent être trouvés dans les bureaux de poste, les épiceries et les kiosques à des prix variables.

Une alternative à l'utilisation d'un téléphone portable est les cartes téléphoniques que l'on peut trouver dans les bureaux de poste et les kiosques. Il existe deux fournisseurs, Dencall et Hitme. Vous pouvez acheter des cartes à partir de 3,50 € .

Si vous disposez d'un abonnement existant auprès d'un opérateur de téléphonie mobile basé dans l'UE , vous devriez pouvoir utiliser au moins une partie de vos minutes, SMS et données groupées en Croatie sans frais supplémentaires. Cela devrait vous éviter d'avoir à acheter une autre carte SIM et un forfait prépayé. Voir Union européenne # Connect et vérifiez auprès du fournisseur de la carte SIM.

Indicatifs régionaux : lorsque vous appelez entre des villes (en fait entre des comtés) ou depuis un téléphone mobile, vous devez composer des indicatifs régionaux spécifiques : (indicatif régional)+(numéro de téléphone)

Zagreb (01) Split (021) Rijeka (051) Dubrovnik (020) Šibenik/Knin (022) Zadar (023) Osijek (031) Vukovar (032) Virovitica (033) Požega (034) Slavonski Brod (035) Čakovec (040 ) Varaždin (042) Bjelovar (043) Sisak (044) Karlovac (047) Koprivnica (048) Krapina (049) Istrie (052) Lika/Senj (053) Téléphones portables (091) (092) (095) (097) ( 098) ou (099)

l'Interner

modifier

L'ADSL est courant en Croatie. Une connexion 4 Mbit avec téléchargements illimités est disponible auprès de T-Com et de certains autres fournisseurs comme Metronet ou Iskon. L'Internet par câble est disponible sur B.net avec une large gamme de vitesses et de prix.

Des cybercafés sont disponibles dans toutes les grandes villes. Ils sont relativement bon marché et fiables. Un signal Wi-Fi gratuit est disponible pratiquement dans toutes les villes (cafés, restaurants, hôtels, certaines bibliothèques, écoles, collèges). Les réseaux privés non sécurisés sont devenus rares.

Service posler

modifier

Le service postal croate est généralement fiable, même s'il est parfois un peu lent. Chaque ville et village possède un bureau de poste. Ici vous pouvez trouver leurs emplacements exacts, et voici la liste des prix (les prix changent souvent).

Télévision, radio et médias imprimés

modifier

HRT , la télévision publique, exploite quatre chaînes, tandis que les chaînes commerciales RTL et Nova TV disposent chacune de deux chaînes. Les films et séries étrangers sont projetés avec le son en langue originale (anglais, turc, allemand, italien...) et sous-titrés en croate. Seules les émissions pour enfants sont doublées. De nombreux hôtels et appartements privés diffusent des chaînes provenant d'autres pays européens (principalement d'Allemagne).

Les stations de radio proposant de la musique pop/rock en anglais sont HRT-HR 2, Otvoreni et Totalni. Ils publient tous des rapports de trafic occasionnels, mais seul HR 2 les traduit en anglais, allemand et italien pendant l'été. Les autres stations nationales sont HRT-HR 1 (actualités/reportages), HRT-HR 3 (principalement musique classique), Narodni (pop croate) et HKR (radio catholique).

Des journaux et magazines d'Allemagne, d'Autriche, d'Italie, de France, du Royaume-Uni, de Russie, de Slovénie, de Serbie et d'autres pays sont disponibles en Croatie. A Zagreb et dans les régions côtières du nord, certains journaux étrangers arrivent à la date prévue, ailleurs ils sont en retard.

Roaming européen

modifier

Depuis le 15 juin 2017, le "roaming européen" a été introduit. Il permet à tous les détenteurs de cartes SIM appartenant à l'un des pays européens membres de maintenir les mêmes conditions tarifaires que dans le pays d'origine.

Les appels téléphoniques et la navigation sur Internet sont valables sans surcoût dans tous les pays européens, sauf autorisation des autorités nationales (généralement des opérateurs mineurs) ou un dépassement d'un seuil de Gbit données qui augmente d'année en année. Pour utiliser ce service, activez simplement l'option d'itinérance sur votre téléphone mobile.

Les pays participants sont ceux de l'Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie , Irlande , Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Suède), ceux de l'Espace économique européen (Islande, Liechtenstein et Norvège) et de certains territoires d'outre-mer (Açores, Canaries, Gibraltar, Guadeloupe, Guyane, Madère, Martinique, Mayotte, La Réunion, Saint-Martin).

Gérer le quotidien

modifier

L'eau du robinet est potable dans toute la Croatie (mais pas toujours agréable au goût notamment dans les îles, la consommation d'eau minérale est souvent obligatoire). Les insectes tels que les moustiques, les taons et les guêpes ne sont pas plus fréquents que dans tout autre pays d'Europe. Des scorpions ou des vipères peuvent être rencontrés, mais pas plus que dans l'arrière-pays niçois ou en Italie. Attention à l'encéphalite à tiques dans la région de la Save par exemple ou près des fleuves. Découvrir les précautions à prendre pour la santé en Croatie.

La cigarette est un fléau en Croatie, où la population n'est pas informée sur les risques du tabagisme actif ou passif. Les gens fument dans leurs véhicules et dans tous les lieux publics en dehors des églises. Les panneaux d'interdiction aux fumeurs sont rarissimes.

Citoyens européens

modifier
 
Exemple de carte européenne d'assurance maladie

Les citoyens de l'Union européenne (UE), qui tombent malade inopinément pendant un séjour temporaire, les études ou un séjour professionnel, ont droit aux mêmes soins médicaux que dans leur pays de résidence. Il est toujours utile de prendre avec soi la Carte européenne d'assurance maladie (CEAM) qui constitue la preuve matérielle de votre assurance dans un pays de l'UE. Cependant, si vous n'avez pas la carte avec vous ou si vous ne pouvez pas l'utiliser (comme dans les cas d'assistance privée), vous avez toujours droit à être soigné, mais vous êtes obligé de payer les frais sur place, par la suite vous demanderez le remboursement à votre retour.

Les pays dans lesquels la couverture santé est fournie sont tous ceux qui sont membres de l'Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie , Irlande , Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède), ceux de l'Espace économique européen (Islande, Liechtenstein et Norvège), la Suisse, le Royaume-Uni et les territoires d'outre-mer membre de l'Union européenne (Açores, Canaries, Gibraltar, Guadeloupe, Guyane, Madère, Martinique, Mayotte, La Réunion, Saint-Martin).

Sécurité

modifier

En cas d'urgence, composez le 112 pour appeler les pompiers, la police, les ambulances ou les secours en montagne.

Pendant l'été, assurez-vous d'utiliser un SPF adéquat pour vous protéger des coups de soleil . Il n'y a pas de trou d'ozone au-dessus de la Croatie, mais il est assez facile de brûler au soleil. Si cela se produit, assurez-vous de vous protéger du soleil, de boire beaucoup de liquides et de réhydrater votre peau. Les locaux conseillent souvent de couvrir la zone brûlée avec du yaourt froid acheté au supermarché.

Depuis la fin des hostilités en 1995, des mines terrestres restent enfouies sous le sol croate. Si vous envisagez de faire de la randonnée, consultez les habitants avant de partir. Les zones suspectes sont signalées par des panneaux d'avertissement de mines. Même si les mines constituent toujours un problème en Croatie, il est très peu probable que vous rencontriez aujourd'hui des champs de mines en Croatie. Cependant, il vaut quand même mieux ne pas quitter les routes goudronnées, même pour faire une pause pipi , dans des zones que l'on ne connaît pas. Si vous vous trouvez dans une zone potentiellement contaminée par des mines, ne vous éloignez pas des routes balisées ou des zones sûres connues. En 2020, il reste très peu de champs de mines dans certaines zones rurales. Pour plus de conseils, reportez-vous à la section sur la sécurité des zones de guerre de Wikivoyage .

Méfiez-vous des panneaux de danger du vent de Bura . La bura peut être particulièrement puissante dans la région de Velebit, où elle peut exploser jusqu'à 200 km/h et renverser des camions. Toutefois, si le vent est suffisamment fort pour constituer un danger important pour toute la circulation sur un tronçon routier, ce tronçon sera fermé. Par vent fort de bura, évitez toute activité en mer. Des accidents causés par le vent se produisent chaque année et coûtent la vie aux touristes aventureux en Croatie. Des accidents de navigation aux noyades dues aux crues des eaux.

Évitez à tout prix les clubs de strip-tease . Ils sont souvent dirigés par des personnages très louches et surchargent souvent leurs invités. Les étrangers ont été facturés 2 000 € pour une bouteille de champagne. Ces clubs surchargent leurs clients à l'extrême, et leurs videurs n'auront aucune pitié si vous leur dites que vous ne pouvez pas payer. Vous vous retrouverez bientôt dans un hôpital local. Faire preuve de bon sens est essentiel, mais en raison de la nature des clubs, cela peut être rare, et il serait peut-être préférable de simplement éviter ces clubs.

Les abus envers les personnes LGBT sont possibles en Croatie, les voyageurs doivent donc éviter les manifestations publiques d'affection envers une personne du même sexe. Les habitants des centres urbains sont généralement plus tolérants que ceux des zones rurales.

L’activisme d’extrême droite et néo-nazi est visible dans toute la Croatie, ciblant principalement des minorités comme les Serbes. Même s’ils ont réussi à déformer l’histoire du pays pendant la Seconde Guerre mondiale (par exemple en infiltrant Wikipédia croate et en le remplissant de propagande néo-nazie), il n’existe aucune information indiquant que ces activistes ciblent les touristes normaux.

Les pots-de-vin et la corruption sont encore courants en Croatie, mais à moins que vous ne vous impliquiez dans des activités criminelles, vous ne serez pas affecté.

  Numéro d'appel d'urgence :
Police : 192
Ambulance : 194
Pompier : 193

Pas de problème particulier. Les précautions d'usage sont évidemment toujours valables. Près de la frontière bosniaque et dans certaines îles, certaines zones ne sont pas encore déminées. Elles sont normalement bien indiquées, mais il est déconseillé de sortir des chemins balisés ou de visiter des maisons en ruine.

Conseils gouvernementaux aux voyageurs

modifier
  •   Belgique (Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au développement)  
  •   Canada (Gouvernement du Canada)  
  •   France (Ministère des Affaires étrangères)  
  •   Suisse (Département fédéral des Affaires étrangères)  

Respect

modifier

Si des interrogations vous viennent à l'esprit et vous désirez connaître plus en détail le peuple et leur coutume, soyez diplomate et n'oubliez pas ce que ces personnes ont enduré et ce qu'elles vivent tous les jours. L'histoire de la Croatie est très différente de celle de la France. La Croatie est un pays récent né en 1991 et réellement indépendant en 1995 à la suite d'une guerre coûtant la vie à 15 000 personnes. Les croates ont connus différentes périodes difficiles, différentes dominations (autrichienne, hongroise, ottomane(turc), italienne et française avec Napoléon), les 2 guerres mondiales comme la France et le communisme. La guerre d'indépendance de 1991 à 1995 s'est décomposé en deux parties, une guerre entre les croates et les serbes de Croatie soutenus par le régime serbe de Milosevic puis des exactions entre croate et serbe se rapprochant à des épurations ethniques.

La Croatie est un pays où l'influence de l'église catholique est très importante. Les églises ne sont donc pas souvent ouvertes au public des touristes, car il est interdit d'entrer dans la plupart des lieux de culte avec un short, une jupe, un chapeau, ou toute tenue jugée incorrecte... Et il est interdit d'y prendre des photographies. Dans les plus grandes églises des villes touristiques, des vigiles se chargent de rappeler ces interdictions aux récalcitrants.

Les questions religieuses doivent être abordées avec précaution, n'oublions pas qu'elles sont une des causes des guerres yougoslaves des années 1990. On peut évoquer des thèmes tels que la foi, mais lorsque l'on aborde des sujets tels que l'obligation de catéchisme à l'école ou le pouvoir exorbitant des abbés dans les villages, les gens se mettent à chuchoter...


 
L'article de ce pays est une esquisse et a besoin de plus de contenu. L'article est structuré selon les recommandations du Manuel de style mais manque d'information. Il a besoin de votre aide. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles de la région : Balkans
Destinations situées dans la région