géoparc en Belgique
Eurasie > Europe > Benelux > Belgique > Wallonie > Geopark Famenne-Ardenne

Le Geopark Famenne-Ardenne est une aire protégée possédant des attraits géologiques dans les provinces de Luxembourg et de Namur en Belgique. Depuis le , la zone est classée comme « Geopark mondial » par l'UNESCO.

Geopark Famenne-Ardenne
L'anticlinal d'Omalius à Durbuy
L'anticlinal d'Omalius à Durbuy
Information
Pays
Région
Label(s)
Date de création
Administration
Cours d'eau
Altitude minimale
Altitude maximale
Superficie
Localisation
Site officiel

ComprendreModifier

  Note : Les couleurs utilisées pour localiser les POI de cet article ne sont pas celles habituellement utilisées dans Wikivoyage. Tous les sites repris ici sont classés et décrits dans la section « Voir » ou « Faire » de l'article sur la commune où ils se trouvent.
Les couleurs utilisées ici sont : Site géologique, Site mégalithique, Village (ou autre agglomération intéressante), Site exceptionnel (autre que géologique ou mégalithique), Activité.

CaractéristiquesModifier

Le géoparc couvre une superficie de 911 km2 et forme un arc de cercle, d'environ 60 km de longueur, allant de l'ouest vers le nord. Il se concentre sur trois vallées : la Lesse et la Lomme à l'ouest et l'Ourthe au nord.

Trois entités géologiques distinctes marquent le paysage : la Famenne septentrionale, grande dépression schisteuse, l’Ardenne méridionale, vaste plateau composé principalement de roches gréseuses et, véritable fil conducteur, la Calestienne centrale, ressaut topographique calcaire extrêmement riche en phénomènes karstiques. Cette juxtaposition de lithologies confère à la région un relief contrasté directement lié à la nature du substrat.

Les calcaires de la Calestienne concentrés au centre du territoire sont affectés par une intense karstification qui font du géoparc une région d’Europe particulièrement dense en phénomènes karstiques comme la disparition et la réapparition des rivières, parfois après un parcours souterrain de plus de dix kilomètres, la présence de vallées sèches, l’existence de grottes et de gouffres remarquables. Les grottes de Han, Rochefort et Hotton sont exceptionnelles et de réputation internationale non seulement en termes de tourisme mais aussi par la richesse de leurs études scientifiques.

Enfin, les caractéristiques géologiques et l’existence du karst sont intimement liées aux activités humaines telles que l’exploitation de calcaire et le tourisme nature. Les activités de l’Homme ont façonné le paysage depuis les temps ancestraux dont les pelouses calcaires, qui représentent 34 % de la surface, riches en biodiversité sont l’expression emblématique.

Au , le total de la population vivant dans le géoparc est de 67 963 habitants ce qui donne une densité de 74,58 hab./km2 tandis que les zones urbaines ne représentent que 13 % du territoire. Avec 17 653 habitants, Marche-en-Famenne est la plus importante localité.

Parcs naturelsModifier

Plusieurs zones naturelles protégées sont imbriquées ou incluses dans le géoparc. La plus grande est le parc naturel de l'Ardenne méridionale, d'une surface totale de 945 km2, il occupe, dans le géoparc, l'entièreté de la commune de Wellin. La petite réserve du Fond des Vaux à l'est de la ville de Marche-en-Famenne d'une superficie d'une quinzaine d'hectares qui est aussi un des géosites importants du géoparc. De nombreuses zones « Natura 2000 » dont certaines ne mesurent pas plus de quelques hectares et dont la plus grande, le « Bassin de la Lesse entre Villers-su-Lesse et Chanly », de près de 26 km2 sont disséminées dans le géoparc.

Informations touristiquesModifier

La représentation officielle du « Programme international de géosciences et des géoparcs » de l'UNESCO est assurée par l'asbl « Geopark Famenne-Ardenne » qui possède un bureau physique d'information installé dans l'« Office Royal du Tourisme » de Han-sur-Lesse.
1 Geopark Famenne-Ardenne     Place Théo Lannoy 2, 5580 Han-sur-Lesse,   +32 84 367930, courriel :   lun.- ven. : 10 h - 16 h, sam.- dim. : 10 h - 17 h (ceci est l'horaire en basse saison, en haute saison, l'horaire débute à h 30 et se termine à 18 h). –  

ClimatModifier

À cause de la réfraction thermique due aux roches calcaires, le climat de la région est très spécifique, surtout dans les vallées, avec la présence alternée de bancs de brume très denses, créés par l'évaporation de l'eau contenue dans le sous-sol, et de passages fort ensoleillés par rapport aux régions avoisinantes. Même si la durée d'ensoleillement annuelle n'est pas fort différente par rapport à l'Ardenne voisine, comme à Saint-Hubert, c'est l'intensité des rayons solaires réfractés par le calcaire qui amène une notable différence de température de l'air, que ce soit en été ou en hiver ; l'été, la température des surfaces rocheuses peuvent monter jusqu'à 50 °C. Quant à la plus grande pluviosité de l'Ardenne, cela est dû à la différence d'altitude qui arrête les nuages.

Ville   Ensoleillement
  (h/an)
Pluie   Neige
  (j/an)
Température   (°C)
nom latitude
(°)
altitude (m) (mm/an) (j/an) plus sec moins sec maximale minimale
Durbuy 50° 21' 8.028" N 150 1 545 1 020 125 avril décembre 2,2 21,6 (juillet) −0,5 (février)
Rochefort 50° 9' 36.360" N 175 1 565    956 124 avril décembre 2,1 21,6 (juillet) −0,4 (février)
Beauraing 50° 6' 36.360" N 185 1 612 1 004 118 avril décembre 2,3 21,8 (juillet) −0,2 (février)
Comparaison avec Saint-Hubert situé en Ardenne (à 18 km de Rochefort)
Saint-Hubert 50° 1' 33.852" N 432 1 558 1 105 216 juin décembre 6,3 18    (juillet) −3    (janvier)
Source : climate-data.org

BibliographieModifier

GénéralisteModifier

  • Eugène Nemery, La Famenne : histoire d'une région naturelle (art, histoire), Gembloux, J. Duculot (Groupe De Boeck),‎ , 80 p. (ISBN 978-2-8011-0063-9) (OCLC 3673024)
  • Centre d'histoire de l'architecture et du bâtiment, Fagne et Famenne (architecture), Liège, Pierre Mardaga,‎ , 232 p. (ISBN 978-2-8021-0087-4) (OCLC 462430150)
  • Georges Michel et Georges Thys, Atlas du Karst Wallon : bassin de la Lesse Calestienne (cartographie, géologie), La Hulpe, Service Public de Wallonie,‎ , 471 p. (OCLC 1018221058)

ScientifiqueModifier

  • Yves Quinif, Étagement dans la grotte de Lorette (Rochefort) : relation avec les dépôts souterrains, Regards (géologie) (no 81),‎ (lire en ligne), p. 60-69
  • Yves Quinif, Le complexe sédimentaire de la Galerie des Verviétois : grotte de Han-sur-Lesse, Belgique, vol. 20 : Geologica Belgica (géologie), Bruxelles, Geologica Belgica,‎ (ISSN 1374-8505, lire en ligne), p. 81-94

VillesModifier

Province de LuxembourgModifier

Province de NamurModifier

 
La Calestienne, épine dorsale du géoparc, qui sépare la Famenne, au nord, de l'Ardenne, au sud


AllerModifier

En train et en busModifier

Gare ferroviaire Destination Correspondance avec d'autres transports
  • 1 Gare de Marloie       place de la Gare 1 –   (par la gauche du bâtiment).
  • Bus  –   arrêt « Marloie Gare ». 1, 11/2, 11/9, 15, 15/4, 91, 92, 420, 424, E20, E78
  • Taxi  –   non.
  • Voiture en location  –   non.
  • Voiture partagée  –   non.
  • Vélo en location  –   non.
  • 2 Gare de Rochefort-Jemelle       route de Forrières 1-4 –   (par la gauche ou la droite du bâtiment).
  • Bus  –   arrêt «Rochefort-Jemelle Gare ». 11d, 29, 62, 12b, 162a, 166a, 166b, 166c, 420
  • Taxi  –   non.
  • Voiture en location  –   non.
  • Voiture partagée  –   non.
  • Vélo en location  –   non.
  • 3 Gare de Beauraing       place de la Gare –   (par la gauche du bâtiment).
  • Bus  –   arrêt « Beauraing Gare ». 9, 49
  • Taxi  –   non.
  • Voiture en location  –   non.
  • Voiture partagée  –   non.
  • Vélo en location  –   non.

En voitureModifier

  • En venant du nord :
    • pour Durbuy : autoroute E25, sortie 46 « Remouchamps » et prendre la route nationale N633 vers la gauche jusqu'au centre-ville d'Aywaille puis la N30 vers la droite en direction de   Durbuy sur environ 1,1 km et, enfin, prendre à droite la N86 jusque Bomal, vous êtes alors dans le géoparc ;
    • pour Marche-en-Famenne : route nationale N63 jusque Marche-en-Famenne où vous êtes dans le géoparc.
  • En venant de l'est :
  • En venant du sud :
  • En venant de l'ouest :
    • pour Beauraing : route nationale N40 jusque la frontière française, au lieu-dit Petit-Doische, ou la route devient la route départementale D949 avant de reprendre sa signalétique de N40 à la frontière belge ;
    • pour Rochefort : route nationale N97 jusque Onhaye où il faut prendre, sur la droite, la N936 jusqu'au centre-ville de Dinant où il faut prendre, sur la droite, la N95 puis prendre à gauche (juste après le rocher Bayard, la N94 jusqu'à retrouver la N97 qu'il faut emprunter direction « Ciney » jusqu'à l'intersection avec l'autoroute E411 et prendre la direction « Luxembourg » :
      • sortie 22 « Rochefort » et prendre la N911 jusque Rochefort,
      • sortie 22a « Lavaux-Sainte-Anne » pour le château Sainte-Anne,
      • sortie 23 « Wellin » et prendre la N86 pour Han-sur-Lesse ;
    • pour Marche-en-Famenne : route nationale N97 jusque Emptinne où il faut prendre, sur la droite, la N4 jusque Marche-en-Famenne.
  • En venant du nord-ouest :
    • pour Marche-en-Famenne : autoroute E411, sortie 18 « Marche » et prendre la route nationale N4 vers la droite jusque Marche-en-Famenne ;
    • pour Rochefort : autoroute E411, sortie 22 « Rochefort », vous êtes déjà dans le géoparc.

Distances, durées et routesModifier

Tableau de distance et de durée de centre à centre
Destination Han-sur-Lesse Durbuy
Distance Temps Distance Temps
par la route orthodromique en voiture
(environ)
en train
(Jemelle)1
par la route orthodromique en voiture
(environ)
en train
(Barvaux)2
Anvers E19 R0 E411 N86 154,7 km 134,0 km h 50 min h 13 min3 E19 R0 E411 N929 N833 156,3 km 121,8 km h h 17 min3 + 4
Bruxelles E411 N86 115,8 km 100,4 km h 30 min h 54 min E411 N929 N833 116,7 km   95,2 km h 35 min h 48 min4
Charleville-Mézières   A34 N1043 N58 N89 E411 N86 103,4 km   52,8 km h 35 min A34 N1043 N58 N89 N4 N929 N833132,8 km   84,4 km h 40 min
Cologne       E40 E25 N90 N63 N836 N86 198 km 153,8 km h 30 min h 29 min4 + 7     E40 E25 N66 N86 N983 N833163,3 km 124,5 km h 10 min h 58 min4 + 7
Liège N63 N836 N86 76 km   62,2 km h 10 min h 20 min N63 N983 N833 51,9 km   32,2 km       45 min       49 min
Luxembourg   A16 E25 E411 N86 111,8 km   88,0 km h 20 min h 20 min A16 E25 E411 N40 N4 N63 N929 N833 137,5 km   95,5 km h 45 min h 36 min5
Mons E42 E411 N86 134,9 km   95,8 km h 40 min h 42 min6 E42 E411 N4 N929 N833 136,6 km 107,4 km h 40 min h 48 min4
1 prendre le bus   29 : durée 16 min + le temps d'attente pour la correspondance.
2 uniquement les mer., ven. et dim. prendre le bus   11a (proxibus de Durbuy) : durée 40 min + le temps d'attente pour la correspondance.
3 à augmenter du temps d'attente pour la correspondance à la gare de Bruxelles-Nord.
4 à augmenter du temps d'attente pour la correspondance à la gare de Liège-Guillemins.
5 à augmenter du temps d'attente pour la correspondance à la gare de Marloie.
6 à augmenter du temps d'attente pour la correspondance à la gare de Namur.
7 entre Cologne et Liège le trajet s'effectue en train  
Routes via le geopark Famenne-Ardenne
AuderghemCourrière N   S  Libramont-ChevignyUckange  
AuderghemCiney NO   SE  ChamplonArlon
MonsGivet NO   SE  LibinArlon
SclessinTinlot N   S  Marche-en-Famenne N86
N30 AywailleVille NE   SO  Ave-et-Auffe N94
Dinant '   'Gare de Beauraing  Bertrix
Gare de Bruxelles-Nord '   'Gare de Jemelle  Gare de Luxembourg
Gare de Liège-Guillemins '   'Gare de Marloie  Gare de Luxembourg
  CanterburyDinant NO   SE  BastogneBrindisi  
BrugesDinant NO   SE  ReduArlon


CirculerModifier

En train, il est possible de circuler entre la gare de Bomal et la gare de Grupont. Le prix d'un voyage (pour adulte et sans réduction) varie entre 2,4  et 6,7  et la durée maximale du trajet est de 43 min

                                    |                   Aye ─┐    |
                                    |                        ▼    |
Gare :    BomalBarvauxMelreux + Marche-en-FamenneMarloie + JemelleForrièresGrupont
                          |         |                             |         |           |
Commune :     Durbuy      | Hotton  |      Marche-en-Famenne      |Rochefort| Nassogne  | Tellin                              

L'axe routier constitué par les routes nationales N86 et N40 traverse le géoparc de part en part dans le sens de sa longueur et permet donc d'accéder facilement et rapidement à tous les centres d’intérêt.

Distances en kilomètres par la route la plus rapide entre les localités du géoparc
(de centre à centre)
Localité Beauraing Durbuy Han-sur-Lesse Hotton Marche-en-Famenne Nassogne Rochefort Tellin Wellin Wéris Couleur
Beauraing 53,4 20,8 46,8 37,8 34,7 24,8 21 12,5 57,8 50 km et +
Durbuy 53,4 38 11,8 19 34,9 31,2 34,8 45,8   6 entre 40 et 49,9 km
Han-sur-Lesse 20,8 38 27,7 18,7 19,3   7,1 10,1   8,3 38,2 entre 30 et 39,9 km
Hotton 46,8 11,8 27,7   8,6 24,1 21,3 32,3 35,9 11 entre 20 et 29,9 km
Marche-en-Famenne 37,8 19 18,7   8,6 16,8 11,2 23,7 27,6 19,8 entre 10 et 19,9 km
Nassogne 34,7 34,9 19,3 24,1 16,8 13,9 13,9 21,6 35,1 entre 5 et 9,9 km
Rochefort 24,8 31,2   7,1 21,3 11,2 13,9 11,8 11,9 32,3 entre 0,1 et 4,9 km
Tellin 21 34,8 10,1 32,3 23,7 13,9 11,8 11,8 43,3
s/o
Wellin 12,5 45,8   8,3 35,9 27,6 21,6 11,9 11,8 46,9
Wéris 57,8   6 38,2 11 19,8 35,1 32,3 43,3 46,9

VoirModifier

FauneModifier

Faune répandueModifier

Du côté des mammifères terrestres, on pourra observer le renard roux (Vulpes vulpes), animal opportuniste s'il en est, le sanglier (Sus scrofa), le chevreuil (Capreolus capreolus) ainsi que, dans les forêts du sud de Nassogne et de Tellin, le cerf (Cervus elaphus), dont le brame du mâle de la fin de l'été à la moitié de l'automne est impressionnant.

Parmi les reptiles, les zones rocheuses exposées au sud abritent nombres de lézards vivipares (Zootoca vivipara) et, dans une moindre mesure, de lézards des murailles (Podarcis muralis).

Les plus importants représentants de la faune aviaire sont les passereaux comme le chardonneret élégant, la mésange charbonnière et la mésange bleue, le grosbec casse-noyaux, le bruant jaune, le bruant proyer, le bouvreuil pivoine, le rossignol philomèle, le loriot d'Europe, le grimpereau des jardins, la fauvette babillarde, le tarier pâtre et le pie-grièche écorcheur. Les rapaces nocturnes sont également bien représentés avec la petite chouette chevêche (Athene noctua) et la chouette hulotte (Strix aluco).

Grâce à la présence de calcaire dans le sol, la région est aussi, avec 80 % des 130 espèces recensées en Belgique, une des plus riches en mollusques terrestres, y compris le grand escargot de Bourgogne (Helix pomatia), du pays.

Le fait le plus remarquables parmi les insectes est la présence de 77 espèces de papillons diurnes et, surtout, de 504 espèces de papillons nocturnes ; c'en est même hallucinant de voir comment chaque plante est littéralement envahie par une espèce de chenille.

Faune remarquableModifier

Espèce Photo Remarque Code UICN
Cliquez sur la mini-photo pour l'agrandir
Chiroptères barbastelle d'Europe (Barbastella barbastellus)   Espèce non cavernicole, c'est une espèce forestière que vous rencontrerez, en Belgique, uniquement le long de la Semois et dans les bois jouxtant la commune française de Fromelennes. Son terrain de chasse se situe en lisière de forêt ou le long des haies où elle chasse les papillons de nuit. D'un poids ne dépassant pas les 15 gr et d'une envergure maximale de 30 cm, son pelage est brun-noir foncé.  
(en Europe)
grand rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum)   Espèce forestière en été qui hiberne dans les grottes et cavernes que vous pourrez observer en Calestienne et en Ardenne. Son terrain de chasse se situe le long des falaises, des alignements d'arbres, des lisières des forêts de feuillus ou des grandes haies ainsi qu'aux alentours des eaux stagnantes ou courantes. D'un poids ne dépassant pas les 35 gr et d'une envergure maximale de 40 cm, son pelage est de couleur grisâtre avec des nuances rousses sur le dos et beige sur le ventre.  
(en Europe)
petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros)   Espèce forestière en été qui hiberne dans les grottes et cavernes que vous pourrez observer principalement aux alentours de Han-sur-Lesse et de Grupont. Son terrain de chasse est constitué d'éléments linéaires arborés tels que les lisières, les haies ou les alignements d'arbres. D'un poids ne dépassant pas les 7 gr et d'une envergure maximale de 25 cm, son pelage dorsal est gris-brun et son ventre est gris à gris-blanc.  
(en Europe)
  Annexe III
Mammifères terrestres loup gris commun (Canis lupus lupus)   Le dernier loup abattu en Belgique le fut en 1895. Hormis dans les Hautes Fagnes où un couple, avec trois louveteaux, semble s'être établi définitivement en 2021, il n'a pu être observé en Belgique que rarement et ne concerne que des individus de passage. Dans le géoparc, il a été observé, en liberté, en 2016 (Nassogne) et deux fois en 2020 (Marche-en-Famenne et Rochefort).  
  Annexe II
Oiseaux busard Saint-Martin (Circus cyaneus)   Nicheur extrêmement rare en wallonie, il pourra surtout être observé en période de migration, mais aussi en hiver, dans les milieux ouverts tels les champs, prairies et coupes forestières. Dans le géoparc, ce sera principalement entre les villes de Marche-en-Famenne et de Rochefort ainsi que sur le territoire de la commune de Beauraing. Pour le reconnaitre en vol, à l'exception de son croupion blanc, le dessus du mâle est gris avec le bout des ailes noir. De dessous, il est tout blanc avec le bout des ailes noir et la gorge grise. La femelle et le juvénile ont un plumage brun, rayé sur la poitrine. L'envergure de l'adulte se situe entre 100 et 110 cm.  
(en Europe)
  Annexe II
milan royal (Milvus milvus)   Avec son envergure pouvant atteindre 200 cm, c'est le plus grand rapace diurne présent dans le parc. Il niche dans le nord du géoparc ainsi que dans les forêts ardennaises du sud du géoparc et ce nid se trouve entre 12 et 15 m de hauteur dans un arbre en lisière de forêt ou au milieu d'un bosquet d'arbres. Il est facilement identifiable en vol grâce à sa queue fourchue sans cesse en mouvement. La couleur est également un bon critère d’identification : un grand carré blanc est visible en dessous de chaque aile, le ventre est roux, la queue rousse, le dos roux et la tête est grise.  
(en Europe)
  Annexe II
Reptiles Coronelle lisse (Coronella austriaca)   Longue de 50 à 70 cm, Son dos varie du gris au brun ou au roussâtre et est parcouru de deux rangées de petites taches foncées, généralement plus marquées au niveau du cou. Non venimeux et totalement inoffensif pour l'homme, ses dents sont minuscules et ne percent généralement pas la peau.  
vipère péliade (Vipera berus)   Globalement considérée comme « vulnérable » et simplement comme de « préoccupation mineure » en Europe, on pourra espérer apercevoir cette vipère venimeuse dans le géoparc au sud de la Lomme et à l'ouest de la Lesse dans les pelouses calcicoles à la lisière de bois. Longue de 45 à 70 cm, elle est reconnaissable à la bande vertébrale longitudinale foncée et continue formant un zigzag le long du corps. Très craintive et peu agressive, aucun décès lié à une morsure de vipère n’a été observé en Wallonie depuis le début du XXe siècle.  
(en Europe)
Insectes flambé (Iphiclides podalirius)   Assez rare en Wallonie, dans le géoparc, on ne le trouvera que sur les pelouses calcaires de Lesse et Lomme. D'une envergure allant de 5 cm pour le mâle à 7 cm pour la femelle, il est reconnaissable par ses longs vols planés. La chenille est un hôte du prunelier et de l'aubépine.  
(en Europe)

FloreModifier

Flore répandueModifier

 
Hêtre à enracinement du type « galette » dans le Domaine des grottes de Han

Les parcelles en monoculture d'épicéas communs (Picea abies) que l'on rencontre dans la partie ardennaise du géoparc sont issus d'arbres introduits vers 1850 en provenance des Carpates. Bien que présent, le chêne (Quercus) n'est pas l'arbre typique de la région, cette place étant tenue par les hêtres et les ormes.

  • L'aulne glutineux (Alnus glutinosa), arbre feuillu typique des rives dont les racines sont le refuge d’une importante faune aquatique et dont de nombreuses parties sont utilisées en pharmacopée. Son bois imputrescible servait jadis aussi bien à la fabrication de sabots que de conduites d'eau souterraines.
  • Le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), arbuste des sols calcaires à feuilles caduques qui prennent une couleur « sang » à la fin de l'été.
  • Le genêt à balais (Cytisus scoparius), arbuste à feuillage caduc des terrains incultes ou des zones déboisées dont la floraison de couleur jaune à la fin du printemps est flamboyante. Il a la particularité de contenir de la spartéine qui rend le venin de vipère inoffensif.
  • Le genévrier commun (Juniperus communis), arbuste aux feuilles piquantes typique des pelouses calcaires et des friches pâturées dont les baies servent à la fabrication du peket.
  • Le hêtre commun (Fagus sylvatica), arbres à feuilles caduques qui, à cause de la pauvreté du sol, dépasse rarement les trente mètres de haut. La nombreuse présence de roches affleurantes oblige souvent l'arbre à avoir un réseau de racines superficielles qui s'étend en vagues.
  • Le noisetier commun (Corylus avellana), arbuste commun dans les bois et les haies qui produit les noisettes si riches en acide oléique oméga-9.
  • L'orme champêtre (Ulmus minor) et l'orme lisse (Ulmus laevis), arbres à feuilles caduques pouvant atteindre les trente mètres de haut. Le premier se rencontre sur les sols calcaires et le second dans les zones inondables.
  • Le prunellier (Prunus spinosa), arbuste épineux à feuilles caduques souvent rencontré dans les haies et dont les fruits, les prunelles, sont astringents et toniques.
  • Le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos), arbres à feuilles caduques dont les fleurs sont utilisées pour confectionner des tisanes et les feuilles consommées en salade. De part une tradition datant des Gaulois, on le trouve souvent au milieu de la place des villages ou à côté de l'église
    • Le tilleul à grandes feuilles   situé à côté de l'église de Waha est, avec ses 5,07 mètres de diamètre mesurés en 2015 à 1,2 m de hauteur, le 17e plus gros en Belgique

Flore remarquableModifier

C'est surtout sur les pelouses sèches sur calcaire aux versants sud des collines qui l'on trouvera les plantes les plus rares, dont quelques espèces d'orchidées.

Espèce Photo Remarque Code UICN
Cliquez sur la mini-photo pour l'agrandir
buplèvre en faux (Bupleurum falcatum)   plante endémique d'Europe et du Moyen-Orient utilisée en médecine traditionnelle chinoise pour la tonicité du foie.
cirse acaule (Cirsium acaule)   plante typique des sols calcaires.
clématite vigne-blanche (Clematis vitalba)   liane vivace pouvant provoquer des brûlures buccales.  
colchique jaune (Colchicum luteum )   plante d'Europe et du Moyen-Orient souvent confondue avec le crocus. La floraison est automnale et la plante entière libère de la colchicine, un alcaloïde très toxique.
digitale jaune (Digitalis lutea)   plante typique des sols calcaires mais assez rare en Belgique. La fleur libère la digitaline, un cardiotonique toxique utilisé en médecine moderne contre l'insuffisance cardiaque.
dompte-venin (Vincetoxicum)   plante européenne typique des sols calcaires et toxique contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom.
genêt ailé (Genista sagittalis)   plante de l'Europe au climat tempéré typique des prairies et des sols rocailleux.  
genêt des teinturiers (Genista tinctoria)   plante typique des prairies et des pâturages. Les rameaux en fleur sont utilisés en médecine populaire, notamment pour les maladies de la peau.
gentiane d'Allemagne (Gentianella germanica)   plante endémique d'Europe occidentale et centrale typique des pelouses calcaires pastoralisées.
germandrée petit-chêne (Teucrium chamaedrys)   plante typique des terrains calcaires et secs. Autrefois utilisée en pharmacopée populaire, elle est actuellement interdite à la vente, notamment en Allemagne et en France.
globulaire commune (Globularia bisnagarica)   plante typique des prairies sèches et les lieux caillouteux. Originaire du sud de l'Europe, elle est ici à la limite nord de son aire de distribution.
hélianthème commun (Helianthemum nummularium)   plante typique des terrains calcaires et secs.
homme-pendu (Orchis anthropophora)   orchidée européenne typique des pelouses calcicoles et des lisières de bois. Son nom provient de la forme de la fleur qui évoque un petit bonhomme pendu.  
mélique ciliée (Melica ciliata)   plante typique des lieux secs dont les hampes florales peuvent être utilisées dans la composition de bouquets sèchés.
orchis bouc (Himantoglossum hircinum)   orchidée européenne typique des substrats calcaires dont l'odeur désagréable de la fleur rappelle l'odeur du bouc.  
(en Europe)
  Annexe II
orchis moucheron (Gymnadenia conopsea)   orchidée européenne typique des substrats calcaires dont l'odeur de la fleur ne se dégage qu'au crépuscule.  
(en Europe)
  Annexe II
origan commun (Origanum vulgare)   plante typique des milieux calcaires, à l'abri du vent et ensoleillés connue depuis le Moyen Âge pour ses usages condimentaires, antiseptique et antispasmodique.
ophrys bourdon (Ophrys fuciflora)   orchidée européenne typique des sols calcaires dont la pollinisation est assurée par le faux bourdon.  
  Annexe II
ophrys mouche (Ophrys insectifera)   orchidée européenne qui doit son nom à l'apparence de sa fleur qui ressemble à une mouche. Elle est typique des sols calcaires.  
  Annexe II
pimprenelle (Sanguisorba minor)   plante typique des sols calcaires dont les feuilles peuvent être utilisées en cuisine pour leur goût de concombre ainsi que comme cataplasme pour leurs propriétés astringentes, cicatrisantes et hémostatiques. L'odeur des fleurs de certaines espèces rappellent celle du bouc.
platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia)   orchidée européenne des endroits très ensoleillés.  
  Annexe II
platanthère verdatre (Platanthera chlorantha)   orchidée européenne assez rares des substrats acides ou humides.  
  Annexe II

Principaux géositesModifier

 
Pelouse calcaire pastoralisée au Mont des pins
 
Vallée sèche de la Lesse

Du nord-est au sud-ouest :

On peut y ajouter six carrières en activité et donc non accessibles librement.

Sites mégalithiquesModifier

 
La carrière du Néolitique d'où proviennent les pierres des mégalithes de Wéris et d'Oppagne

Les mégalithes du parc ont été érigés par les premiers éleveurs-agriculteurs du Néolithique et ont la particularité d'être en poudingue. Les deux premiers sites forment un ensemble qui s'étend en quatre alignements parallèles sur plus de 7 kilomètres et 300 mètres de largeur.

  • 1 Mégalithes du domaine de Wéris  –   (1974)
  • 2 Mégalithes d'Oppagne  –   (1974)
  • 3 Pierres du Diable

Plus beaux villagesModifier

 
L'église Sainte-Walburge de Wéris

Trois villages situés dans le géoparc sont repris sur la liste des plus beaux villages de Wallonie.

  • 1 Wéris  –  
  • 2 Ny  –  
  • 3 Sohier  –  

Auxquels ont peut ajouter :

  • 4 Ambly
  • 5 Vieux Durbuy
  • 6 Vonêche

Sites exceptionnels du patrimoine immobilier wallonModifier

FaireModifier

Activités en rapport avec la pierreModifier

 
Scénographie au musée des Mégalithes de Wéris
  • 1 Musée des Mégalithes de Wéris
  • 2 Centre du Rail et de la Pierre de Rochefort
  • 3 Quête souterraine de Han (Spéléo Quest)
  • 4 Expédition spéléologique de Han
  • Escalade  – De nombreux endroits, comme la roche aux Corneilles, les rochers de Glawan, les rochers de Renissart, le Fond des Vaulx (aussi bien celui de Marche-en-Famenne que celui de Rochefort) permettent librement l'escalade à condition d'être en possession d'une carte de membre d'une fédération belge d'escalade (CAB, KBF ou UBS) tandis que les grimpeurs étrangers doivent être en possession d'une carte de membre auprès d'une fédération affiliée à l'UIAA. Voyez l'article sur la localité où se trouvent ces parois ou ces gouffres pour de plus amples informations. Attention que l'anticlinal de Durbuy et celui de la Cluse du Ry d'Ave sont interdits d'escalade.

Autres activitésModifier

 
À Hotton en août 2002
  • 9 Han 1900
  • 10 Préhistohan
  • 11 Parc animalier de Han
  • 12 Ancienne fonderie de cloches de Tellin
  • Géocaching   accessible en tout temps.   gratuit. – Il y a des centaines de caches de géocaching dans le géoparc. Pour plus de précisions, consultez la section « Faire » des différents articles sur les communes constituantes du géoparc.
  • Pêche  – L'Ourthe, la Lesse, la Lomme et certains de leurs affluents sont propices à la pêche sportive. Étant donner que ce sont tous des cours d'eau non navigables, en plus du permis de pêche de la Région wallonne, obtenable uniquement en ligne, il vous faudra l'autorisation de la société de pêche gérant la portion du cours d'eau ou du propriétaire riverain si aucune société ne gère cette portion. Pour plus d'informations, voyez la section « Pêche » de l'article de la localité où vous désirez pêcher.
  • Baignade  – L'Ourthe, la Lesse et la Lomme permettent la baignade. Sauf aux endroits marqués d'un panneau « Baignade interdite », celles-ci sont autorisées entre le et le mais à vos risques et périls car aucune zone n'est surveillée.

MangerModifier

Les spécialités culinaires régionales sont des salaisons, comme les deux IGP que sont le « jambon d'Ardenne » et le « saucisson d'Ardenne », le poisson de rivière, le « matoufet », le « coq en bure » cuisiné à la bière trappiste de Rochefort. Du côté des « douceurs », on peut être tenté par les « baisers » de Rochefort, où la crème chantilly remplace la crème au beurre, et ceux de Marche-en-Famenne, où des macarons se substituent à la meringue ainsi que par les « pavés marchois », cubes de chocolat aux noisettes ou amandes ou encore par le « wasté », un gâteau aux raisins secs en forme de couronne.

Deux fromageries à base de lait de chèvre (Borlon et Forrières) et quatre à base de lait de vache (Ambly, Jamblinne, Rochefort et Ozo) sont implantées dans la région.

  • Chèvrerie de Borlon    – Affine quatre sortes de fromages avec du lait cru de chèvre.
  • Société fermière Rochefort Ardenne    – Affine huit sortes de fromages au lait de vache dont deux bios et un affiné à la bière trappiste de Rochefort.

Certains artisans bouchers produisent eux-mêmes du « jambon d'Ardenne » du « saucisson d'Ardenne ». Vous les trouverez dans la section « Acheter » de Marche-en-Famenne, Rochefort et Wellin.

Quelques producteurs artisanaux commercialisent des confitures ou du miel issus des vergers et des prairies du géoparc.

  • Famenne-Ardenne    – Liste des producteurs locaux de confitures ou de miel.

RestaurantsModifier

Le géoparc étant une zone très touristique, vous n'aurez aucune difficulté à trouver un endroit pour vous restaurer quel que soit votre budget. Pour plus de précisions, consultez la section « Manger » des différents articles sur les communes constituantes du géoparc.

Repris au guide Gault et Millau 2021 : 2  Durbuy et à Wéris), 6   et 4  

Repris au guide Michelin 2021 : 2  Wéris et à Hotton), 11   et 7  

Boire un verre / SortirModifier

 
Les trois variétés traditionnelles de « Trappistes Rochefort »

Deux brasseries sont implantées à Rochefort et leurs produits sont facilement trouvables dans la région, que ce soit dans les débits de boissons ou dans les magasins. Une troisième brasserie implantée à Nassogne quoique ayant une production plus confidentielle, vous devriez la trouver dans les débits de boissons ou dans certains magasins locaux.

  • Abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy    – Une des onze abbayes trappistes dans le monde qui brassent des bières ATP. Brasseur depuis 1595, l'abbaye produit quatre variétés de « Trappistes Rochefort »
  • Brasserie de la Lesse    – Localisée à Éprave, cette brasserie artisanale brasse sept variétés.
  • Brasserie Saint-Monon    – Localisée à Ambly, cette brasserie artisanale brasse quatre variétés, dont une au miel.

Un distillateur est actif à Marche-en-Famenne,

  • Maison Houillon    – Localisée à Marloie, cette distillerie remet à l'honneur de vieilles recettes parfois oubliées du patrimoine local. Outre sur place, vous trouverez sa production chez nombre de revendeurs (jusqu'à Dijon en France !) ou de débits de boisson.

Se logerModifier

Vous trouverez tous les types de logement existants depuis le camping jusqu'à l'hôtel  , dont un à l'atmosphère tropicale à Durbuy, en passant par le village de vacances perdu en forêt, des tentes du type « safari lodge » ou des logements complètement insolites, voire déjantés, comme à Heyd.

Pour plus de précisions, consultez la section « Se loger » des différents articles sur les communes constituantes du géoparc.

CommuniquerModifier

Concernant la transmission de données par téléphonie mobile, si votre opérateur est Proximus ou Orange, ou si votre opérateur utilise un de ceux-ci en itinérance (roaming), le réseau 4G est disponible partout mais avec quelques difficultés du côté de Grimbiémont dans l’extrême est de la commune de Marche-en-Famenne. Concernant l'opérateur Base, ce réseau est disponible à tout le moins près des grands axes routiers. Le réseau 3G de Proximus est opérationnel partout et celui de Orange présente les même difficultés, mais dans une grande moindre mesure, que pour son réseau 4G. Chez Base, ce réseau est inaccessible dans l'est du domaine des grottes de Han ainsi qu'à l'est de la ville de Marche-en-Famenne. Le réseau 2G (communications vocales et service de messagerie SMS) est accessible partout chez Proximus, Orange et Base.

  • IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications)    – Carte de la couverture des réseaux mobiles.

Lorsque l'intérieur d'un bâtiment est accessible au réseau sans fil, il est souvent renseigné par le logo   de la Wi-Fi Alliance, éventuellement accompagné d'une mention indiquant que l'accès à la borne est gratuit.

Gérer le quotidienModifier

SantéModifier

Il n'existe qu'un seul établissement hospitalier avec un service des urgences sur le territoire du géoparc mais il occupe une position assez centrale, il s'agit de l'hôpital Princesse Paola à Marche-en-Famenne.

Pour les coordonnées d'un médecin généraliste, d'un dentiste, d'un vétérinaire ou d'un opticien-lunetier, consultez la section « Santé » des différents articles sur les communes constituantes du géoparc.

SécuritéModifier

  Numéro d'appel d'urgence :
Tous services d'urgence : 112
Centre Antipoison : 070 245245
Direction nature et forêt : +32 84 220343

Quoique les animaux sauvages, dont les renards roux (Vulpes vulpes), soient très nombreux, la maladie virale de la rage n'est pas à craindre. Celle-ci a été éradiquée de Belgique depuis 2001. Le seul cas rapporté depuis fut celui d'un jeune chien importé illégalement du Maroc en 2007. Bien que leur instinct leur commande de rester éloignés des humains, n'oubliez jamais que les réactions de ces animaux sauvages peuvent être imprévisibles s'ils se sentent acculés ; et plus particulièrement les sangliers (Sus scrofa) qui peuvent foncer à travers tout.

Attention aux tiques (Ixodida) en milieu péri-forestiers. Les deux espèces de serpent que vous auriez la possibilité de rencontrer sont des espèces non venimeuses et la troisième, la vipère péliade, est un animal très craintif.

Attention à la température de contact des zones rocheuses exposées au sud qui, l'été, peut atteindre la cinquantaine de °C.

Il ne faut jamais vous aventurer dans le domaine militaire « Roi Albert » (Carte OSM  ) de Marche-en-Famenne même si, apparemment, il ne semble y avoir aucune activité autre que le travail d'agriculteurs munis d'un laisser-passer. D'une superficie de 2 716 ha (dont 1 565 ha sur la surface du géoparc), c'est le camp du bataillon médian de chasseurs ardennais, une unité d'élite de la composante terre. Tous les chemins et sentiers qui pénètrent dans le domaine sont renseignés par un panneau routier d'interdiction « domaine militaire - acces interdit » et, en principe, munis d'une barrière. Le fait de transgresser cette interdiction vous expose, non seulement, à des poursuites judiciaires mais également soit à une arrestation administrative immédiate, de maximum 12 h, soit à une détention préventive, de maximum 24 h renouvelable au maximum pour 24 h , le temps de vérifier le pourquoi de votre présence sur les lieux.

Aux environsModifier

Géosites de grande valeurModifier

 
Les Fonds de Quarreux à Aywaille
 
Le Fondry des Chiens à Viroinval
  • 16 Comblain-au-Pont (au nord-est) – Les Tartines, réserve naturelle des Roches noires, grotte de l'Abîme , carrière souterraine du Grand Banc, carrières souterraines de Géromont.
  • 17 Aywaille (au nord-est) – Grottes de Remouchamps   (2013), vallée du Ninglinspo   (2013), Fonds de Quarreux   (2010), réserve naturelle de la Heid des Gattes   (2010), Tartines de Chambralles.
  • 18 Houyet (à l'ouest) – Aiguilles de Chaleux   (2009)
  • 19 Dinant ( ) (à l'ouest) – Grotte La Merveilleuse, rocher de la citadelle, rocher Bayard, rochers de Freÿr   (2013, les rochers de Freÿr, y compris le vallon du Colebi, ainsi que le château de Freÿr), parc naturel de Furfooz   (2010, la fortification de Hauterecenne).
  • 20 Fromelennes (à l'ouest) – Grottes de Nichet.
  • 21 Viroinval (à l'ouest) – Fondry des Chiens   (2013), Tienne aux Pauquis   (2013), Roche à Lomme   (2013).
  • 22 Couvin (à l'ouest) – Grottes de Neptune.

Autres sitesModifier

 
L'article sur ce parc est un guide. Il contient des informations détaillées couvrant l'ensemble du parc. Développez-le et faites-en un article étoilé !
Liste complète des autres articles de la région : Wallonie