Cet article se veut être une introduction simple sur la compréhension des mots ou expressions que vous pourriez être amenés à assimiler durant un voyage.

Liste de termesModifier

Index alphabétique : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

AModifier

BModifier

 
Un basi à Zanzibar City
  • Bajaj  – L'équivalent du Tuk-tuk en Indonésie, en Tanzanie et en Éthiopie.
  • Basi (au pluriel : mabasi)  – En Tanzanie, volume de chargement adapté au transport de personnes et posé sur un châssis de camion. L'entrée et la sortie se font par l'arrière. Basi signifie « autobus » en swahili. Muni d'une galerie permettant de transporter bagages et marchandises, le basi est plus lent que le daladala.

CModifier

  • Charter (Vol charter)     – Terme anglais mais aussi anglicisme en français pour désigner un vol commercial organisé pour transporter des personnes à un prix moindre en dehors des lignes à horaires réguliers. Ces vols répondent à une demande de la clientèle pour une destination donnée et à un moment donné ; par exemple lors d'un évènement comme une compétition sportive ou un festival de musique.

DModifier

 
Trois boda-boda à Kakamega
  • Daladala (au pluriel : madaladala)  – En Tanzanie, minibus de transport en commun prévus pour 13 à 19 passagers dont le fonctionnement, conducteur accompagné d'un percepteur du prix du transport, est similaire au matatu kényan.
  • Boda-boda  – Au Kenya, c'est un vélo-taxi pour un ou deux passagers. En Ouganda et en Tanzanie, c'est aussi un vélo-taxi mais également une moto-taxi.

FModifier

  • Ferry (Ferry-boat)     – Terme anglais mais aussi anglicisme en français pour désigner un bateau ayant pour fonction principale de transporter des véhicules routiers ou ferroviaires avec leur chargement et leurs passagers dans des traversées maritimes, lacustres ou fluviales. En français d'Europe, le terme correct est transbordeur et au Canada, le terme est traversier.

GModifier

  • Gbaka     – Dans la région d'Abidjan en Côte d'Ivoire, minibus de transport en commun prévus pour 18 passagers dont le fonctionnement, conducteur accompagné d'un percepteur du prix du transport, est similaire au matatu kényan.

HModifier

  • Hub     – Dans le domaine du transport, anglicisme en français pour désigner une plate-forme de correspondance d'un réseau de transport. Dans le domaine de l'aviation, le hub d'une compagnie aérienne désigne aussi l'aéroport principal de cette compagnie.

KModifier

  • Kicker     – En Belgique, faux anglicisme (qui peut être traduit par « botteur ») pour désigner ce qui est officiellement dénommé « football de table » et par un autre faux anglicisme « baby-foot » dans plusieurs pays francophones.

LModifier

  • Low cost     – Dans le domaine de l'aviation, anglicisme en français pour désigner une compagnie aérienne à bas prix, c'est-à-dire dont les tarifs très bas résultent d'une réduction drastique des coûts.

MModifier

 
Un matatu à Nairobi
  • Marchroutka ((ru) маршрутка, (ka) მარშრუტკა)     – Nom donné aux taxis collectifs dans les pays de l'ex-Union soviétique et en Bulgarie. Ils n'ont pas d'arrêt spécifique et s'arrêtent à la demande.
  • Matatu     (prononcer : matatou) – Au Kenya, d'où il est originaire, et en Ouganda, minibus de transport en commun prévus pour 13 à 19 passagers (mais avec quelquefois beaucoup plus) circulant sur des distances moyennes (20-50 km). Les matatus circulent entre deux terminus selon un itinéraire défini avec des points d'embarquement et de débarquement tout aussi définis et règlementés. Ils ont la particularité d'employer, en plus du conducteur, un jeune homme, appelé manamba (« harangueur », « baratineur » en swahili), jouant le double rôle de recherche de clients et de réception du titre de transport des passagers.

NModifier

  • Nolisé (Vol nolisé)     – Terme français d'origine canadienne pour désigner un vol charter.

PModifier

 
Un pikipiki à Nairobi
  • Pikipiki (piki-piki)  – Le pikipiki (« motocyclette » en swahili) est une moto ayant, en général, une cylindrée de 125 cm3 et dont le rayon d'action peut atteindre celui du matatu. Il est aussi bien utilisé pour transporter des passagers (jusque quatre !) ou des biens (pouvant aller jusqu'au divan 3 places attaché sur le porte-bagage !). Si vous êtes téméraire et que vous aimez les poussées d'adrénaline, un parcours urbain en pikipiki est une expérience à tenter : frissons garantis ! En Ouganda et en Tanzanie, il est appelé boda-boda.
  • Pouhon  – Source minérale ferrugineuse naturellement gazeuse. Terme utilisé en Ardenne, il provient du wallon poûhon dérivé du verbe poûher « puiser », c’est donc, « l'endroit où l'on puise (de l'eau) ».

TModifier

  • Taxi-brousse     – À Madagascar, taxi collectif inter-urbain. Selon les véhicules, six à quinze passagers, voire plus, peuvent y prendre place et, contrairement au matatu il ne part que lorsque toutes les places ont été vendues. Il n'y a donc pas d’« harangueur » pour héler les clients potentiels.
  • Transbordeur (Navire transbordeur)     – Terme français correct agréé par la Commission d'enrichissement de la langue française pour désigner un ferry.
  • Traversier     – Terme français canadien agréé par la Office québécois de la langue française pour désigner un ferry.
  • Toktok  – L'équivalent du tuk-tuk en Égypte
  • Tuk-tuk  – Au Kenya, en Ouganda et à Madagascar, scooter-taxi à trois roues de faible puissance totalement ou partiellement carrossé, dont le parcours est limité au périmètre inter-cité

ZModifier

 
Ces conseils de voyage sont utilisable. Ils présentent les principaux aspects du sujet. Si une personne aventureuse pourrait utiliser cet article, il nécessite cependant d'être complété. Lancez-vous et améliorez-le !
Liste complète des autres articles du thème : Conseils pratiques