« Patrimoine culturel immatériel au Botswana » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
m (harmonisation longueur des coordonées)
Aucun résumé des modifications
 
== Comprendre ==
Le Botswana est État partie de la Convention sur le patrimoine culturel immatériel qu'il a signé le {{Date|1|4|2010}}1{{er}} avril 2010.
 
Le pays ne compte aucune pratique reprise ni sur la « [[Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO#Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité|liste représentative du patrimoine culturel immatériel]] » ni dans le « [[Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO#Registre des meilleures pratiques de sauvegarde|registre des meilleures pratiques de sauvegarde de la culture]] » de l'UNESCO.
 
UneDeux pratiquepratiques estsont reprisereprises sur la « [[Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO#Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente|liste de sauvegarde d'urgence]] ».
 
== Liste ==
{{Tableau PCI|
{{Site PCI | pratique={{Marqueur |nom=Le savoir-faire de la poterie en terre cuite dans le district de Kgatleng au Botswana|lien nom= Mochudi |latitude=-24.25 |longitude=26.5 |image= }} | domaine=* connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers,<br>* savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel | id=00753 | description=L’art de la poterie en terre cuite est pratiqué dans la communauté des Bakgatla ba Kgafela au sud-est du Botswana. Les femmes qui font de la poterie utilisent de la terre glaise, du grès altéré, de l’oxyde de fer, de la bouse de vache, de l’eau, du bois et de l’herbe pour faire des pots de formes, motifs et styles divers qui rappellent les croyances et les pratiques traditionnelles de la communauté. Les pots servent à stocker la bière, assurer la fermentation de la farine de sorgho, aller chercher l’eau, faire la cuisine, pour le culte des ancêtres et les rituels traditionnels des guérisseurs. Au moment de la collecte de la terre, la maître potière communique avec les ancêtres par la voie de la méditation pour qu’ils la guident vers le lieu idéal. Après avoir été recueillis, le grès altéré et l’argile sont pilés au mortier, puis broyés et tamisés, et les poudres ainsi obtenues sont mélangées avec de l’eau pour faire de la terre glaise. Les pots sont modelés en forme arrondie, conique ou ovale, depuis la base en terminant par un bord circulaire, et sont lissés avec une palette en bois. Une fois décorés, ils sont placés dans un four à mine. Le savoir-faire de la poterie en terre cuite se transmet aux filles et aux petites-filles par l’observation et la pratique. Toutefois, la pratique risque de disparaître en raison du nombre décroissant de maîtres-potières, des prix bas des produits finis et de l’usage de plus en plus répandu de récipients produits en série.
{{Site PCI | pratique={{Marqueur |nom=Le savoir-faire de la poterie en terre cuite dans le district de Kgatleng au Botswana|lien nom= Mochudi |latitude=-24.25 |longitude=26.5 |image= }} | domaine=* connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers,<br/>* savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel | id=00753 | description=
| illustration=Earthenware pot- Botswana.JPG }}
 
{{Site PCI | pratique={{Marqueur |nom=Le dikopelo, musique traditionnelle des Bakgatla ba Kgafela dans le district de Kgatleng |lien nom= |latitude= |longitude= |image= }} | domaine=* arts du spectacle<br>* connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers<br>* pratiques sociales, rituels et événements festifs<br>* savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel<br>* traditions et expressions orales | id=01290 | description=La pratique du dikopelo associe du chant vocal et de la danse suivant une chorégraphie spécifique, sans instruments de musique, et réunit les habitants d’une zone donnée qui chantent en chœur. L’élément est pratiqué par les hommes, les femmes et les enfants mais il est surtout maîtrisé par les anciens qui, en tant que membres d’un Conseil consultatif informel, transmettent leur savoir-faire à la jeune génération. Le dikopelo est une pratique collective fondée sur une vision partagée de la vie de la communauté. L’élément n’est plus aussi répandu que par le passé. Bien que le dikopelo soit à l’origine un événement pratiqué par les communautés sur les terres agricoles, le déclin de la population agricole a entraîné le déplacement des chœurs vers des villages où il est plus difficile de le pratiquer en raison de la modernisation. Les pratiques de divertissement modernes ont également réduit le nombre de praticiens expérimentés en mesure d’expliquer la signification de l’élément. Pourtant, malgré la faible viabilité du dikopelo, la communauté et les praticiens s’engagent pour sa sauvegarde, comme en témoignent leur détermination à se mesurer à des groupes issus d’autres districts et les efforts déployés pour faire revivre le dikopelo dans l’optique de préserver les jeunes des problèmes sociaux et de promouvoir des messages positifs dans la communauté. | illustration= }}
}}